Skip to content

L’incroyable pouvoir de l’optimisme sur le leadership

La première fois que j’ai rencontré Stacy, j’ai eu l’impression d’avoir une martienne en face de moi.

Nous étions en échange universitaire, elle venait de Washington, moi de Montauban, et nous avons rapidement fait face à une « incompatibilité culturelle ». Toujours souriante, tout lui paraissait « wonderful » (formidable), elle trouvait toujours un aspect positif à chaque situation et semblait vivre dans un conte de fée.

Et ça m’énervait !

J’avais envie de crier:

« Arrête de faire comme si tout allait toujours bien. Car ce n’est pas vrai ! Ton petit numéro ne fonctionne pas avec moi.

Je viens de France, un des plus vieux pays du monde, et pour nous la vie est une chose avec laquelle on ne rigole pas.

Chez nous broyer du noir est une culture, un art de vivre, une identité. Tous les ans, nous organisons la « la nuit de la déprime » et nous utilisons de magnifiques expressions comme « ça va comme un lundi ». Nous sommes d’ailleurs champions du monde du pessimisme.

Pour nous, être négatif donne du caractère. Vous, les américains, ne connaîtrez jamais le plaisir de vous morfondre sur l’éternel déclin de votre pays, le climat toujours trop chaud ou trop froid, ou le prix de l’essence qui, à force d’augmenter, coûtera un jour aussi cher que le champagne.

Range moi donc cet optimisme que je ne saurais voir. »

Bon évidemment, je grossis le trait.

Mais c’est vrai que la positivité n’est pas le point fort de notre pays. Si vous avez voyagé, vous avez dû comme moi être surpris de cette capacité qu’ont les habitants des autres pays à prendre la vie du bon côté et aller de l’avant.

C’est comme si nous trouvions un côté « cool » au pessimisme. Après tout qui a envie d’être Casimir quand il peut être le Docteur House ?

optimisme
Le choix est vite fait…

Pourtant, aujourd’hui, beaucoup de nos concitoyens font de la résistance et combattent la négativité au quotidien.

Et comme nous allons le voir, ils ont d’excellentes raisons de le faire, car faire preuve d’optimisme peut métamorphoser notre vie et transformer notre leadership.

Vous doutez de ses bienfaits ? Alors suivez-moi dans cette magnifique odyssée vers la positivité.

Dans cet article, vous découvrirez:

  • Ce qu’est vraiment l’optimisme
  • Les bénéfices exceptionnels qu’il apporte
  • Pourquoi les optimistes réussissent mieux dans la vie que vous
  • Pourquoi votre vision de l’optimisme est certainement erronée
  • La meilleure façon d’être optimiste
  • Comment l’effet « Freddy Mercury » peut faire de vous un leader exceptionnel

Débutons, tout de suite en nous posant la question du sens et des bénéfices de l’optimisme

L’optimisme qu’est-ce que c’est et quels sont ses bienfaits ?

Commençons par donner une définition concrète de l’optimisme. Selon le Larousse, ce mot possède trois significations :

  • Doctrine philosophique d’après laquelle le monde est bon et le bien y tient plus de place que le mal
  • Disposition d’esprit qui incline à prendre les choses du bon côté
  • Confiance dans l’issue favorable d’une situation

optimisme

L’optimiste aborde la vie avec un état d’esprit positif, ce qui lui amène de nombreux bénéfices :

Et pourtant, en France, nous faisons souvent preuve d’une certaine méfiance envers les optimistes (pour vous en persuader, écoutez les réflexions désabusées de vos collègues le jour où vous déborderez de positivité).

Nous les prenons pour des rêveurs, déconnectés de la réalité. Des personnes incapables de voir les preuves de combien notre monde est dangereux ou impitoyable. Ou bien pire encore, capable de les voir, mais qui essayent de se convaincre qu’elles n’existent pas.

En fait, le fonctionnement des optimistes est un peu plus compliqué que ça…

optimisme

Les secrets des optimistes

Vous avez peut-être côtoyé un de ces individus que j’ai évoqué dans mon introduction. Quoiqu’il se passe, ils sont toujours positifs.

Ils vous énervent, car vous avez l’impression qu’ils ne voient pas combien certaines situations sont fatigantes ou désespérantes.

Vous vous dîtes: Mais ce n’est pas possible, ils doivent être aveugles !

Et vous avez totalement raison, en effet, ils sont aveugles…

Mais vous l’êtes tout autant qu’eux !

Voici pourquoi.

Une vérité pas si vraie

Nous, les humains, sommes peut-être les créatures les plus intelligentes de notre planète, mais nous prenons pour certitudes des éléments qui ne sont que des inventions de notre esprit.

Il y a deux cents ans beaucoup croyaient que creuser des trous attirait la pluie, que manger de la laitue les rendraient stériles, ou que si treize personnes s’asseyaient autour d’une table, l’une d’elle mourrait avant la fin de l’année.

Comment pouvaient-ils penser que de telles choses étaient réelles ?

Par un puissant phénomène psychologique nommé le biais de confirmation.

Nous pensons être des créatures de raison, mais beaucoup de nos convictions se basent sur des illusions.

Car souvent nous raisonnons à l’envers.

Nous nous prenons pour des penseurs impartiaux, qui observent les faits puis se font leur opinion. Mais, dans bien des cas, nous faisons exactement le contraire. Nous cherchons les faits qui confirment ce que nous croyons déjà et nous ignorons les autres.

optimisme

Par exemple, imaginez que votre tante Suzette vous appelle dix secondes après que vous ayez pensé à elle. Vous vous dîtes alors, ce n’est pas la première fois qu’une expérience pareille m’arrive, je possède surement un sixième sens… Vous oubliez simplement que vous avez pensé à Suzette cinquante fois dans la semaine sans qu’il ne se passe quoique ce soit.

Mon exemple vous paraît peut-être idiot (mais avouez que ce genre d’idée absurde vous a déjà traversé l’esprit !), mais les biais de confirmations se glissent partout, et notamment dans les discussions politiques (le fameux « c’est toujours les mêmes… »).

Nous passons notre vie à « trouver » des preuves que nous avons raison.

Et deux personnes peuvent vivre exactement la même expérience et l’interpréter complètement différemment, chacun y voyant ce qu’il a envie d’y voir. Les optimistes ne sont donc pas plus aveugles que vous, mais comme ils prennent la vie du bon côté, ils lui trouvent plus d’aspects positif.

optimisme
Le fameux verre à moitié vide ou plein

Autre facteur important: l’entraînement. A force de chercher les points positifs aux situations qu’ils rencontrent, ils sont devenus maîtres dans l’art de les trouver. Ils les voient donc plus facilement que vous.

Un peu comme quand vous partez en forêt ramasser des champignons avec un cueilleur expérimenté, et qu’il en trouve trente fois plus que vous, l’expérience joue.

Et ce biais de confirmation positif leur permet d’alimenter un cercle vertueux, dont il tire leur pouvoir.

Un cercle de positivité autoalimenté

Nous avons abordé juste avant le fait que notre attention est sélective, que nous voyons davantage les faits qui renforcent nos convictions.

Mais ceci n’explique pas pourquoi les optimistes bénéficient d’autant d’avantages sur les autres.

En fait, leur avantage provient d’un cercle vertueux : Leurs convictions influencent leur manière de penser/agir. Ils agissent donc plus positivement et obtiennent des résultats positifs qui renforcent leurs convictions.

optimisme

Exemple simple: Quelqu’un qui pense que ses collègues sont gentils et aimables se montrera probablement gentil et aimables avec eux. Et il recevra donc plus de sourire et d’amabilité que s’il était sec et désagréable avec eux. Ce qui lui montrera qu’il avait raison et qu’il peut continuer à être gentil et aimable.

Autrement dit, les optimistes créent le monde positif dans lequel ils croient.

Ils prennent la vie du bon côté et pensent que les choses tourneront bien pour eux. Et ces pensées positives leur apportent bonne humeur, énergie et persévérance.

Comme ils s’attendent à réussir, ils persistent dans la difficulté et finissent par triompher. Et ceci leur prouve qu’ils avaient raison de croire en leurs chances. Face à une même situation, un pessimiste qui s’attend à échouer s’avouera vaincu à la première difficulté, alors qu’en insistant il aurait pu réussir.

optimisme
La poule et l’oeuf 3.0

 

Que vous pensiez être capable, ou ne pas être capable, dans les deux cas vous avez raison.

Henry Ford

Ça peut paraître idiot, mais lorsque nous croyons fermement en quelque-chose, celle-ci a beaucoup plus de chance de se réaliser.

Le pouvoir de l’esprit est immense. Penser que l’on est en bonne santé aide à être en bonne santé, penser qu’on est productif rend plus productif, penser qu’on danse aussi bien que Chris Brown donne plus de swing !

Mais comme nous allons le voir, être optimiste peut se révéler plus facile à dire qu’à faire.

A la recherche de l’optimisme

« Considérez le cannibalisme universel de la mer, dont toutes les créatures s’entre-dévorent, se faisant une guerre éternelle depuis que le monde a commencé.

Considérez tout ceci, puis tournez vos regards vers cette verte, douce et très solide terre ; ne trouvez-vous pas une étrange analogie avec quelque chose de vous-mêmes ?

Car de même que cet océan effrayant entoure la terre verdoyante, ainsi dans l’âme de l’homme se trouve une tahiti pleine de de paix et de joie, mais cernée de toutes parts par toutes les horreurs à demi connues de la vie.« .

Herman Melville – Moby Dick

optimisme

Si vous cherchez sur google « Comment être optimiste ? » vous obtiendrez plus de 10 millions de résultats. Pour la comparaison, « Comment faire une bonne choucroute » ne renvoie que 500 000 résultats.

Si autant de pages essayent de nous expliquer comment devenir optimiste, c’est que ce n’est probablement pas si évident.

Vous le savez, tout n’est pas rose sur notre planète. Que nous le voulions ou non, le malheur, la désolation et la tragédie frappent notre monde et continueront de le frapper jusqu’à la fin des temps.

Un mariage sur deux finit par un divorce. Nous continuons à polluer notre planète à un rythme alarmant.  Et, pire encore, Justin Bieber s’apprête à sortir un nouvel album.

Face à ces tristes nouvelles, difficile d’être optimiste. D’ailleurs, historiquement, l’optimiste était une qualité attribuée aux gens simples et déconnectés de la réalité.

Par exemple, Voltaire avait fait dire à Candide :  « l’optimisme, c’est la manie de dire que les choses sont bien quand on est en enfer ». Pour Freud, c’est tout simplement du déni.

optimisme
« Vivre, en règle générale, c’est essuyer une série de malheurs, grands ou petits. » Arthur Schopenaueur, un homme respirant la joie de vivre

Et face à l’inévitable souffrance qui nous guette, Sophocle et Nietzsche nous invitent à faire face à la dure réalité, plutôt que de nous complaire dans une positivité qui prolongerait notre douleur.

Etre optimiste quand tout va bien est plutôt aisé, mais quand la vie nous met face à la difficulté, c’est autrement plus compliqué. 

Si vous avez vécu une situation difficile, vous savez combien l’optimisme peut nous sembler vain dans ces moments-là. Comment le mettre en pratique quand on a envie de pleurer, d’abandonner, de tout lâcher ?

Avant d’écrire cet article, je me posais aussi cette question, et ce que j’ai découvert m’a transformé.

L’illusion de l’optimisme facile

Vu de l’extérieur, les optimistes peuvent avoir l’air d’imbéciles heureux. Des gens simples, presque faibles, qui même dans le malheur refusent de voir combien la vie peut être dure et injuste.

Ô combien cette supposition est erronée.

Avant je voyais l’optimisme comme une tournure d’esprit. Aujourd’hui, je le vois comme un combat.

optimisme
Vous contre la vie

De l’extérieur on ne s’en rend pas compte mais maintenir un état d’esprit positif dans des situations difficiles demande une immense force mentale

Quand on se retrouve dans une situation ou tout va mal, le plus facile est de donner libre court à sa négativité. La douleur et la colère n’épargne personne, mais là où nous nous écroulons, l’optimiste choisit de résister. Il refuse de se laisser submerger par le chagrin et le désespoir. Il continue d’aller de l’avant même s’il souffre à chaque pas.

L’optimisme n’est donc pas quelque chose de passif, c’est une attitude, un choix, un combat.

Et du type d’optimiste que vous choisirez d’utiliser dépendra votre crédibilité.

optimisme

L’optimisme nous donne des miettes d’espoir. Qu’elles nous mènent à un arc en ciel ou non n’a pas d’importance. Ce qui compte c’est que nous ayons assez de miettes pour continuer d’avancer.

Martin Seligman – Expert en Psychologie positive

L’optimisme réaliste

Je ne le savais pas, mais il existe deux types d’optimisme :

  • Le pollyanisme: Que l’on pourrait qualifier d’optimisme aveugle et excessif
  • L’optimisme réaliste: Moins ambitieux mais plus utile

Souvent, les critiques sur l’optimisme, portent sur le pollyanisme. Comment prendre au sérieux quelqu’un qui nous dit « Super, un ouragan a emporté le toit de ta maison, tu vas pouvoir regarder les étoiles depuis ton lit » ?

On ne peut pas, cette personne est trop déconnectée du monde, de la réalité, des autres.

optimisme
 » Cette personne ne vient pas de la même planète que moi… »

L’optimiste réaliste est beaucoup plus discret.

Jamais vous ne l’entendrez dire à un collègue de 59 ans, tout juste licencié : « Génial, après 40 ans dans la même usine, tu peux enfin prendre un nouveau départ dans la vie, prends le comme une magnifique opportunité ».

Non, il partagera sa douleur, plongera son regard dans le sien et essaiera de le rassurer du mieux qu’il peut:  « Ecoute, tu risques de traverser une situation difficile, mais tu dois te montrer fort. Je partage ta douleur, mais tu es loin d’être perdu, tu possèdes un savoir-faire immense et tout le monde t’apprécie. Des opportunités vont se présenter à toi, peut-être pas celle que tu attends, mais en t’accrochant, tu trouveras une solution »

optimisme

Cette attitude est loin des paillettes et des arcs en ciels, mais elle est beaucoup plus constructive.

L’optimiste réaliste sait que la vie peut se montrer dure et injuste. Mais il sait aussi qu’il n’est pas impuissant et que s’il s’en donne les moyens il peut changer les choses. Il ne se laisse pas abattre par les problèmes, car il sait qu’ils font partie de la vie et qu’il peut probablement les résoudre avec du travail. Il ne cherche pas la perfection, seulement l’amélioration.

Quoiqu’il arrive, il essaye d’aller de l’avant.

L’optimisme n’est pas la croyance que les choses vont automatiquement s’arranger, mais la conviction que nous pouvons les arranger. 

Melinda Gates

La vie se montre parfois difficile avec nous, mais notre attitude a le pouvoir de la rendre meilleure. Je ne peux que vous conseiller d’adopter un optimisme réaliste, qui en plus d’être plus pragmatique et utile, aura un impact profond sur votre leadership.

Optimisme et leadership

Vous vous en doutez : l’optimisme transcende le leadership.

Nous avons vu au début de l’article ses effets sur la performance et la résilience, mais son efficacité est aussi dû à un autre facteur que j’appelle l’effet Freddy Mercury.

optimisme

Tout le monde connaît la chanson « We are the champions » de Queen. Je ne sais pas pour vous, mais lorsque j’entends cette chanson, l’énergie incroyable que dégage Freddy Mercury se saisit de moi et éveille un immense désir de dépassement.

Comme si il me transmettait son enthousiasme et sa passion.

Et un leader qui déborde d’optimisme peut utiliser ce phénomène de « contagion émotionnelle ».

Avec sa positivité, il peut élever le moral de « ses troupes » et remettre en question ce qu’elles considèrent « possible ». Steve Jobs était un maître de cette pratique, à tel point que ses collaborateurs le surnommait le « champ de distorsion de la réalité ». Il fixait la barre très haut et donnait à ses collaborateurs la confiance pour y arriver.

Mais il n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres. En fait tous les grands leaders possèdent un optimisme débordant et fixent la barre très haut. C’est presque une condition indispensable pour accomplir des grandes choses.

Quelle était la probabilité que Jeanne d’Arc, jeune paysanne illettrée entendant des voix, arrive à rencontrer la personne la plus importante de France et inverser le cours de la guerre de cent ans ?

Qui aurait cru que Marie Curie puisse devenir une référence scientifique et obtenir deux prix Nobel à une époque où l’université était interdite aux femmes dans son pays d’origine ?

Et mettez-vous à la place de Nelson Mandela, qui restait convaincu qu’il pouvait avoir un impact profond sur l’apartheid sud-africain, alors qu’il moisissait depuis vingt ans dans une cellule à peine plus grande qu’un placard.

optimisme

L’optimisme des grands leaders pavent l’histoire de l’humanité.

Donc la prochaine fois qu’on vous dira « On a déjà essayé ça avant / Ici c’est différent  / Ça ne marchera pas » pensez Freddy Mercury et Marie Curie et persévérez !

optimisme
Force et détermination !

Conclusion: L’incroyable pouvoir de l’optimisme sur le leadership

Vous l’aurez compris, l’optimisme a le pouvoir de transformer positivement votre vie. La recherche nous a montré que ‘il vous apportera plus de succès et de bonheur au quotidien.

Pourtant, parfois nous méprisons  les optimistes, que nous soupçonnons d’être dans le déni permanent de la dureté de la vie. Mais ce n’est pas du tout ça.

En fait, ils possèdent un biais de confirmation positif, c’est à dire qu’ils voient plus les choses positives que négatives que la plupart des gens. Et cela leur fournit une grande énergie et beaucoup de persévérance qui leur permettent d’obtenir plus de réussite dans leur vie.

Pour autant, faire preuve d’optimisme peut se révéler très compliqué quand on traverse une situation difficile. Dans ces moments-là, il ne faut pas baisser les bras. Il faut voir l’optimisme comme un combat.

Il existe deux types d’optimisme, le pollyanisme, aveugle et excessif, et l’optimisme réaliste, plus modéré. Le réaliste reconnaît que la vie peut lui opposer des situations difficiles mais qu’il n’est pas impuissant, qu’il dispose toujours du pouvoir d’améliorer les choses. Même quand tout va mal, il refuse de se laisser abattre et continue d’avancer.

Enfin, les bons leaders utilisent l’effet « Freddy Mercury » à leur avantage. Avec leur approche positive de la vie, ils transmettent leur énergie à leurs collaborateurs et les motivent à accomplir des miracles.

L’optimisme a donc le pouvoir de nous élever et de transcender ceux qui nous entourent. Pourquoi diable s’en passer ?

optimisme
Positive attitude !

Le leadership vous intéresse ? Alors venez découvrir votre style de leadership avec ce quizz.

 

Vous pouvez aussi rejoindre notre groupe LinkedIn : « Leadership à la Française » afin d’y trouver des ressources pour devenir un meilleur leader et partager vos expériences.

 

Si vous avez aimé l’article, et que vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre, partagez-le ! 

 

Published inForger un mental d'acier

2 Comments

  1. benoît benoît

    Article intéressant, comme vous le dites être optimiste et ne pas être finaliste au sens résultat immédiat et remplacer les si, peut être par quand comment n’est pas dans les moeurs ni l’éducation du tout venant Français.En effet les personnes qui vous donnent leurs confiance c’est plus parce que que les rassurez plutôt que du fait qu’il vous permettent de vous tromper, faire des erreurs et apprendre avec. De même l’énergie débordante ou la transmission de votre enthousiasme est perçu comme une escroquerie, du blabla. J’ai eu l’occasion en rentrant d’Angleterre de me frotter à cette vision formaté, froide parce que logique, mais sans avenir car par l’absence de curiosité et de prise de risques.

    • Vincent - Destination Leadership Vincent - Destination Leadership

      Merci pour votre commentaire Benoît !

Un avis, une question, une remarque ? Laissez un commentaire !