Skip to content

Les 4 puissants principes du leadership basé sur les forces

Une véritable mine d’or.

Quand j’ai découvert l’ouvrage  « Strength based leadership » je ne pensais pas y trouver des conseils d’une si grande qualité.

Car ce livre, bien utilisé, peut porter votre leadership à des sommets.

leadership basé sur les forces

C’est le fruit d’un colossal travail de recherche de l’institut Gallup :

  • Plus de 20 000 entretiens réalisés
  • Plus d’un million d’équipes étudiées
  • 50 ans de données analysées

Tom Rath et Barry Conchie, ses auteurs, ont extrait de ce gigantesque amas de données des joyaux de savoir que je vais partager avec vous aujourd’hui.

D’après eux, les meilleurs leaders du monde suivent quatre puissant principes. En les mettant en pratique, vous pourrez améliorer votre leadership.

Commençons avec  le premier des quatre principes du leadership basé sur les forces.

Investir dans ses forces

Si vous voulez devenir un meilleur leader, vous devez vous débarrasser du poison du perfectionnisme.

Car dans la vie on ne peut pas être bon partout…et c’est tant mieux !

Le jour où vous arrêterez de penser que vous pouvez exceller partout, et que vous vous concentrerez vraiment sur vos forces, vous aurez un impact maximal.

Je m’explique.

Dans le livre, les chercheurs ont identifié les 4 types de compétences que nous utilisons au travail :

  • Stratégie: Comprendre son environnement et créer un plan pour le futur
  • Exécution : Transformer les plans en actions, et accomplir des résultats
  • Influence : Promouvoir ses idées à l’intérieur et à l’extérieur de son organisation
  • Relationnel: Bien s’entendre avec tout le monde et maintenir la cohésion des groupes

Quand ils ont mesuré le niveau des meilleurs leaders dans chacune d’entre-elle, les chercheurs ont fait un constat surprenant. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les meilleurs leaders sont loin d’être bons partout et possèdent des profils très différents.

En revanche, ils possèdent tous un domaine où ils sont excellents.

Certains sont des machines de travail et d’organisation, des Stakhanov modernes qui abattent jour après jour des montagnes de travail immenses.

D’autres sont des Sun-Tzu du 21ème siècle, des visionnaires capables de prédire le futur, d’y trouver la place parfaite pour leur organisation et de prendre les décisions nécessaires pour atteindre cette destination.

leadership basé sur les forces
Un maître stratège

Il y a aussi les vendeurs de rêve, spécialistes de la persuasion qui savent capter le cœur de leur auditoire et créer une irrésistible vague d’enthousiasme autour des projets qu’ils portent.

Enfin, il y a les « papas et mamans poules », experts des relations sociales, qui apportent un soutien inconditionnel à tous les membres de leur organisation et veillent à ce que le groupe reste soudé en toutes circonstances.

Ces leaders ont renoncé à être excellent partout. Ils se concentrent sur leur forces. Et vous gagneriez à faire comme eux.

Et pour les autres compétences ?

Entourez-vous de gens qui vous complètent.

Construire une équipe complète

Si vous avez déjà fait des recrutements, vous savez combien cette activité est compliquée.

Un inconnu s’assied en face de vous. Et vous disposez d’un délai très court pour déterminer si cette personne est capable de s’intégrer à votre équipe et réaliser les tâches demandées.

Dans cette situation, beaucoup font une erreur grossière, mais compréhensible : ils recrutent leur double.

leadership basé sur les forces
Si votre service vous ressemble trop, c’est mauvais signe

C’est humain, nous préférons les gens qui nous ressemblent. Et quand nous sommes indécis, nous pouvons nous dire que choisir quelqu’un comme nous est la meilleure option.

Pourtant, les bons leaders luttent contre cette tendance.

Ils ont conscience que pour avoir une équipe performante, ils ont besoin de personnes qui complètent leurs forces.

Avez-vous déja vu une équipe de foot avec uniquement des attaquants ? Un orchestre où tout le monde joue le même instrument ? Une armée avec seulement des sous-marins ?

Non, car pour que tout groupe soit performant, il doit être complet.

Tout ne peut pas être qu’exécution. Au travail, même un département technique (comptabilité, R&D,…) a besoin de personnes pour le guider, le maintenir uni et le représenter. 

Attention, cela ne signifie pas que les profils doivent être équitablement répartis selon les quatre types de compétences. Mais que se focaliser uniquement sur les compétences techniques est une erreur à éviter.

leadership basé sur les forces
Un exemple d’équipe complète

Les meilleurs leaders ont conscience de leurs faiblesses. Et quand ils peinent dans un domaine, ils n’hésitent pas à laisser leurs collaborateurs prendre le relais.

Et ça demande beaucoup de maturité et d’humilité.

Dans un entretien, Tom Rath raconte que, n’étant pas très doué en compétences relationnelles, il est allé trouver sa collaboratrice la plus forte dans ce domaine et lui a dit: « Ecoute, je sais que tu es bien meilleure que moi pour garder notre équipe unie. Même si je suis le manager, je voudrais que tu accordes une importance particulière à cette mission ».

Voilà un magnifique exemple de leadership.

Et quand on mise sur les forces de ses collaborateurs, ils deviennent plus performants.

Miser sur les forces de ses collaborateurs

Laissez-moi vous poser une question.

Quelle est votre activité préférée ? Celle à laquelle vous aimez consacrer votre temps libre ?

Que ce soit jouer du piano, cuisiner des délicieux gâteaux, ou déguiser votre labrador, je suis sur d’une chose: vous vous débrouillez probablement très bien dans ce domaine.

leadership basé sur les forces
Un terrible prédateur

Pourquoi ?

Parce que, assez simplement, il existe un lien direct entre le temps que l’on passe à pratiquer une activité et le niveau que l’on atteint dedans.

Oui, je sais, mon propos est un peu grossier et on peut le nuancer de mille façons.

Mais le fond reste vrai : généralement, plus on pratique, plus on est fort.

Cette logique s’applique aussi au travail : Quand nous aimons réaliser une tâche, nous y consacrons plus de temps et d’attention, et nous atteignons un niveau élevé dans sa réalisation.

Et donc, nos centres d’intérêts deviennent nos forces.

leadership basé sur les forces
Monsieur doit adorer le vélo

Si on suit cette logique, on peut présumer que quelqu’un de très compétent adore son travail. Car pour atteindre ce niveau il a du y consacrer beaucoup de temps et d’attention.

Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que Gallup a établi un lien direct entre la compétence perçue d’un salarié et son taux d’engagement.

leadership basé sur les forces

Autrement dit, plus vous vous pensez qualifié dans votre travail, plus vous êtes engagé.

Quand on fait face à ce constat, on ne peut que se demander: « Pourquoi diable ne pas laisser ses collaborateurs davantage travailler sur ce qui leur plaît ? Puisque ils risquent d’être motivés et performants dans ce domaine. »

Facebook le fait déja.

Parfois, l’entreprise recrute un ingénieur côté et le laisse rejoindre le projet ou le département de son choix. La logique derrière étant  « Cette personne est douée, laissons lui faire ce qui lui plaît et elle créera une immense valeur ajoutée ».

Et cette idée de donner de la liberté aux salariés ne date pas d’hier.

Dans presque tous les bureaux du monde, vous trouvez des petits trucs jaunes que vous pouvez accrocher partout.

Non, je ne veux pas parler de vieux chewing gum à la banane…mais des Post-It. Figurez-vous que cette invention découle d’un programme qui autorise les ingénieurs de 3M à consacrer 15% de leur temps de travail aux projets de leur choix.

Vous voulez être un meilleur leader ? Misez sur les forces de vos collaborateurs. Ne vous demandez pas « Qu’est ce que je veux faire de ce collaborateur ? » mais « Qu’est ce que ce collaborateur a envie de faire ? »

C’est ce concept sur lequel s’appuie sur les entreprises libérées, qui considèrent que chacun est suffisamment compétent pour savoir quoi faire et comment bien le faire.

Enfin, les meilleurs leaders comprennent et comblent les besoins de leurs collaborateurs, comme nous allons le voir dans cette dernière partie.

Combler les besoins de ses collaborateurs

leadership basé sur les forces

Laissez-moi vous poser deux autres questions.

  • Quel est le leader qui a eu le plus d’impact dans votre vie ?
  • Pourquoi avez-vous choisi de le suivre ?

Ces deux questions, Gallup les a posées à plus de 20 000 personnes à travers le monde.

Et l’institut a recueilli des réponses surprenantes !

Car beaucoup de spécialistes en leadership, moi le premier, parlent de l’importance pour un leader de fournir une quête au groupe qu’il dirige, d’exposer une vision, de donner une mission. Ces thèmes sont omniprésents dans la littérature moderne sur le sujet.

Pourtant, et c’est probablement votre cas aussi, lorsqu’ils ont mentionné pourquoi ils avaient suivi leur leader, les interrogés ont donné des raisons beaucoup plus simples.

Ils expliquent leur adhésion à ce leader par quatre émotions que le leader éveillait en eux :

  • Confiance : « Nous faisons confiance à notre leader et il nous fait confiance. Il nous traite avec respect et intégrité. »
  • Compassion: « Le leader se soucie de nous, il a du cœur. »
  • Stabilité: « Le leader calme l’agitation autour de nous, il fait barrage au stress. »
  • Espoir: « Le leader est optimiste, et nous le pensons capable de nous mener vers un meilleur futur. »

Ressentir ses quatre sentiments est un besoin pour la plupart des gens. D’ailleurs la plupart du temps, quand un collaborateur quitte son manager, c’est qu’il ressent un manque dans un de ces domaines.

D’après ce sondage, le leadership d’une personne repose donc sur ses valeurs et son comportement quotidien.

leadership basé sur les forces

D’ailleurs, on peut y trouver un parallèle avec les 3 éléments responsable de la persuasion selon Aristote:

  • Ethos = Le leader est digne de confiance
  • Pathos= Le leader fait preuve de compassion envers nous
  • Logos= Le discours du leader est rationnel il nous apporte donc de la sécurité, et nous donne de l’espoir en nous montrant que nous pouvons être optimiste pour le futur.

Le leadership ne se résume pas à un ensemble de compétences. Pour être un bon leader, la première chose à faire est déjà d’avoir des bonnes valeurs.

Le respect, l’écoute, l’intégrité, l’optimisme, tous ces éléments sont nécessaires aujourd’hui à celui qui veut des collaborateurs satisfaits.

Terminons cette article avec une conclusion positive mais réaliste que je vous invite à lire absolument.

Conclusion: Les 4 puissants principes du leadership basé sur les forces (et ses limites )

« Strength based leadership » est un ouvrage de grande qualité.

Ses auteurs nous y présentent quatre puissants principes que tout le monde peut adopter pour améliorer son leadership :

  • Investir dans ses forces
  • Construire une équipe complète
  • Miser sur la force de ses collaborateurs
  • Combler les besoins de ses collaborateurs

En revanche, les conseils du livre seront difficiles à appliquer en totalité pour la majorité d’entre vous.

Pourquoi ? Car tout le monde n’a pas accès au budget ou aux candidats pour les mettre en oeuvre.

Si vous gérez un service de trois personnes, c’est mathématique, vous ne pourrez pas avoir un collaborateur excellent dans chacun des quatre domaine.

Et construire une équipe complète peut être vraiment difficile. Car on peut trouver facilement des personnes bonnes techniquement, mais ceux avec un réel talent en relationnel, influence ou stratégie ne courent pas les rues.

Donc, dans cette situation, la polyvalence n’est pas une si mauvaise idée.

Pourquoi tant de personnes échouent lorsqu’elles passent d’un poste de technicien  un poste de management ? Car elles manquent de compétences relationnelles, mais parfois aussi de compétences d’influence ou stratégiques.

Donc, à défaut de pouvoir les « sous-traiter » à une personne de son service, le technicien qui veut réussir dans son poste de manager devra prendre les conseils du livre à l’envers et se « déspécialiser » en devenant plus polyvalent.

En ce qui concerne le fait de miser sur les forces de ses collaborateurs et leur laisser plus de liberté, même si le conseil peut s’avérer difficile à mettre en pratique en raison des impératifs, il mérite une réflexion. Car même si tout le monde ne peut pas se consacrer uniquement à ce qui lui plaît, mieux répartir les tâches en fonction des centres d’intérêt peut avoir un impact immense sur la productivité.

Pour le dernier principe, aucune négociation possible. Ignorez le à vos risques et périls.

Vous le voyez, le chemin du leadership est fait de subtilités. Mais vous êtes intelligents, vous saurez appliquer ces conseils à votre environnement.

leadership basé sur les forces
Vous êtes intelligent, allez de l’avant !

 

Le leadership vous intéresse ? Alors venez découvrir votre style de leadership avec ce quizz.

 

Vous pouvez aussi rejoindre notre groupe LinkedIn : « Leadership à la Française » afin d’y trouver des ressources pour devenir un meilleur leader et partager vos expériences.

 

Si vous avez aimé l’article, et que vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre, partagez-le ! 

Published inDévelopper son style

Be First to Comment

Un avis, une question, une remarque ? Laissez un commentaire !