Skip to content

Les (méchants) robots managers…et nous

Temps de lecture : 2 minutes

Comment réagiriez-vous si vous appreniez que votre futur manager ne s’appellerait pas Richard ou Jacqueline mais XGUHJ-12 ou RD2D2 ?

Probablement pas très bien n’est-ce pas ?

La perspective d’être dirigé par un robot n’est guère réjouissante, je vous l’accorde.

Pourtant, de nombreuses personnes sont déjà soumises au management algorithmique, les chauffeurs Uber par exemple.

Et ce n’est pas tout rose…

D’après une étude menée en 2017, ceux-ci y trouvent trois grands défauts.

Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, beaucoup de mauvais managers possèdent exactement les mêmes défauts que l’algorithme.

Les robots sont déjà partout autour de nous…en chair et en os !

Laissez-moi détailler mon propos.

La première critique du management algorithmique est la surveillance constante.

Quand vous êtes un chauffeur Uber l’algorithme suit en permanence votre emplacement, votre vitesse, et le nombre de clients que vous acceptez.

Aussi, il vous impose de suivre un chemin bien défini pour amener vos clients à bon port, et gare à vous si vous empruntez une autre voie.

Aucune liberté, il y a de quoi de se sentir étouffé !

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais tout ça ressemble fort à du micromanagement, pratique datant d’antan.

Ensuite, les chauffeurs reprochent à l’algorithme son manque de transparence.

Ils n’ont absolument aucune idée de comment les courses sont attribuées, les notes sont comptabilisées, et leurs paiements structurés.

L’algorithme ne leur rend aucun compte.

Pour s’épanouir, un humain a besoin de comprendre son environnement et les règles du jeu dans lequel il évolue, il a besoin de prévisibilité et de contrôle.

Chez Uber, il n’y en a pas.

Là non plus, les robots n’ont rien inventé. Les managers qui soufflent le chaud et le froid, font preuve de favoritisme, changent les règles sans prévenir personne, et bloquent les informations peuplent nos contrées !

Enfin, le dernier défaut attribué au management par l’algorithme est la déshumanisation qu’il entraine.

Un chauffeur travaille seul du matin au soir, et du soir au matin.

Pas de collègues, pas d’équipe, pas de responsable, juste lui et l’algorithme.

Vous me direz qu’il a ses clients, mais bon difficile de développer une relation avec quelqu’un qui nous quitte à la fin de la course.

Et malheureusement, on peut retrouver ce sentiment dans des entreprises peuplées de vraies gens. Des entreprises où on a le sentiment d’être un de plus, seulement un numéro, de n’avoir aucune bonne relation.

D’ailleurs, un sondage récent a montré que nous ne sommes jamais sentis aussi seuls au travail.

Ce sujet intéresse assez peu de managers.

Donc, avant de jeter l’écrou sur les robots, regardons-nous.

Et, pour éviter d’être des robots vivants, veillons-bien à laisser suffisamment de liberté, à faire preuve de transparence dans nos pratiques et dans les informations que nous recevons, et à traiter les autres humainement.

Ce sera déjà beaucoup !

Vous en avez marre d’avoir des collaborateurs démotivés et peu enthousiastes (malgré tous les efforts que vous faîtes) ?

Marre d’obtenir si peu d’adhésion sur les projets que vous essayez de porter (malgré votre patience et votre énergie)?

Marre qu’on vous comprenne toujours de travers ( alors que vous pensiez avoir été clair ) ?

Marre de ce manque de confiance en vous qui vous empêche de faire du bon travail, vous épanouir et réussir votre carrière (vous savez que vous pouvez faire mieux) ?

Alors vous pouvez rejoindre l’Académie du Leadership et recevoir mes conseils quotidiens  ici.

Vous pouvez aussi déterminer votre style de leadership et rejoindre l’académie du leadership en réalisant ce quiz.

Published inComprendre le leadership

Be First to Comment

Un avis, une question, une remarque ? Laissez un commentaire !

Vous aimez ? Partagez !

Vous avez apprécié l'article ? Vous pensez qu'il pourrait être utile à quelqu'un d'autre ? Prenez dix secondes et partagez-le !
( Cliquez ici si vous ne voulez pas partager )

Send this to a friend