3 façons réalistes de gérer un collègue trop toxique

Quelque soit l’endroit où nous travaillions, il est rare de ne pas avoir à côtoyer des collègues aussi toxiques que Tchernobyl.

Ces personnes qui critiquent dans le dos des autres, font des coups en douce, jouent le jeu des ragots, répandent des rumeurs, rabaissent les autres, s’engagent à agir mais ne font rien, retiennent des informations, et la jouent beaucoup trop perso de façon générale.

Encore, quand on ne fait que les croiser, ça peut aller, mais quand on doit travailler avec elles, obtenir des bons résultats devient subitement beaucoup plus délicat !

Des recherches ont montré que la qualité du travail d’une équipe dépend de la somme de ses bonnes relations.

Aussi, une seule pomme gâtée suffit à contaminer tout le panier.

Malheureusement, à la différence d’un « vrai » panier de pommes, on ne peut pas prendre la pomme pourrie et la jeter sans regrets au fond de la poubelle.

Quand on dirige une équipe, ou un projet, avec une personne toxique, on ne doit pas tolérer des comportements corrosifs de la part de ces individus.

Si on veut maximiser les chances de succès, il faut leur faire comprendre, subtilement, qu’en aucun cas on n’acceptera des comportements néfastes à la réussite.

Mais que faire quand on n’a aucune autorité sur une telle personne ?

Empoisonner son café ? Piéger sa chaise ? L’enfermer dans les toilettes ?

Parfois on aurait envie n’est-ce pas ?

Essayons d’être un peu plus constructif et bienveillant.

La première chose à faire est d’avoir une conversation candide et honnête avec elle.

Certaines personnes n’ont pas conscience de leurs comportements et des conséquences négatives sur les autres.

En leur expliquant gentiment ce qui vous dérange, peut être pourrez-vous créer un changement.

Si si, je vous assure, je l’ai déjà fait et je vous promets que ça a marché.

Vous pouvez aussi essayer d’aller voir le responsable de l’équipe, ou du projet, lui faire part des comportements nuisibles au sein du groupe (sans nommer la personne), et lui demander d’organiser une réunion pour avoir ici aussi une conversation honnête et candide.

Ici l’objectif ne doit pas être de « se payer la tête » de la personne toxique, mais simplement de réinstaurer une bonne dynamique.

Mais, ne soyons pas naïfs non plus, dans beaucoup de cas, cela ne fonctionnera pas.

Que faire alors ?

J’aimerais vous donner une solution miracle (hormis la défenestration, que je ne recommande pas).

Mais la seule chose que je puisse vous conseiller, c’est de vous protéger.

De ne pas rentrer dans son jeu, de montrer l’exemple, et de faire contre mauvaise fortune bon cœur avec les autres.

Prenez du recul, si vous laissez cette personne trop vous affecter, elle aura gagné.

La vie est trop courte pour donner trop d’importance à ce type d’individus.

Vous valez bien mieux que ça ! (et si vous choisissez de la défenestrer évitez le rez de chaussée)

Vous voulez aller plus loin ?


Alors identifiez votre style de leadership avec ce petit quiz  !

Vous pourriez également apprécier :
Persuasion : le secret d’un négociateur du FBI

Persuasion : le secret d’un négociateur du FBI

Il n’y a pas de doute, certaines professions sont bien plus stressantes que d’autres. Quand on est militaire, pêcheur en haute mer, ou dresseur de tigres, on vit probablement un peu plus d’émotions fortes que quand on est comptable… Mais le pire est peut-être de...

La meilleure approche pour socialiser avec un mur ?

La meilleure approche pour socialiser avec un mur ?

Cette manager en avait assez, ça ne pouvait plus durer ! Dans son service, c’était la crise. Chaque membre de son équipe avait une idée précise de comment le travail devait être réalisé. Ils passaient leur temps à se chamailler, et n’hésitaient pas à remettre en...

3 questions pour une meilleure intelligence émotionnelle

3 questions pour une meilleure intelligence émotionnelle

J’entrais dans cette salle à manger fier comme un petit coq. Mais ça n’allait pas durer… J’avais passé une heure à préparer un plat pour mes invités, dont j’étais très satisfait. Mais, après une première bouchée, l’un d’eux commenta : « Ah oui, le plat surgelé que...

>
Send this to a friend