Sélectionner une page

Les secrets de l’engagement au travail en 2022

La dernière fois que j’ai allumé ma télé, j’ai dû lutter contre l’intense envie d’enduire mon corps de Nutella et de l’offrir aux fourmis pour m’ôter la vie.

Finalement, je me suis dit que les fourmis méritaient mieux que cela.

Est-ce moi où la vie paraissait quand même plus facile avant ?

Non pas que celle-ci n’ait jamais été une bouchée de pain d’épice, mais que de défis et de difficultés nous rencontrons en ce moment.

Les entreprises ne sont pas épargnées non plus.

Entre l’inflation, la hausse du prix de l’énergie, les difficultés d’approvisionnement et le spectre du COVID qui continue de planer au-dessus de nous il y a du boulot n’est-ce pas ?

Heureusement, les entreprises savent qu’elles peuvent compter sur leurs vaillants salariés pour se remonter les manches et offrir la sueur de leur front pour surmonter ce cap.

Ceci, et sur le soutien de la reine des neiges pour venir chanter dans chaque entreprise des hymnes d’encouragements accompagné par Bruno Le Maire au saxo.

Car, vous le savez d’après l’institut Gallup, sur vingt salariés, un seul est véritablement engagé dans son travail.

Autant vous dire que cela s’annonce compliqué pour les entreprises, car l’engagement est connu pour son rôle bénéfique dans la performance, la rétention des salariés, et la réduction de l’absentéisme.

Récemment, un livre intitulé « Love+Work » a été publié par la Harvard Business Review.

Son auteur, Marcus Buckingham, est directeur des recherches à l’institut de recherche ADP.

Dedans, il explique que d’après les récents travaux d’ADP, l’engagement au travail dépend surtout de 3 questions :
– Ai-je été enthousiaste au travail chaque jour la semaine dernière ?
– Ai-je eu l’opportunité d’utiliser mes forces chaque jour ?
– Au travail, ai-je l’opportunité de faire ce dans quoi je suis fort et ce que j’aime ?

Il y a évidemment d’autres facteurs, mais ceux-ci sont les plus importants.

Vous pouvez faire le test pour vous-même.

Si vous éprouvez autant d’enthousiasme à l’idée de travailler qu’à celle d’avaler un cochon d’inde, ou que vous êtes aussi doué dans ce que vous faites qu’un manchot des Galápagos  l’est en physique quantique, c’est mauvais signe.

Evidemment, il ne s’agit pas uniquement de faire des choses que vous adorez et dans lesquelles vous excellez. Mais, selon Buckingham, elles devraient représenter au moins 20% de votre journée pour que vous soyez engagé.

Puissent ces informations alimenter le fruit de vos réflexions, pour vous et vos collaborateurs.

Sources :
Gallup – 2021 State of the global workplace
Hbr.org – Employee Engagement Does More than Boost Productivity
Livre : Love and work de Marcus Buckingham

Vous pourriez également apprécier :
Pourquoi votre bienveillance ne suffira JAMAIS ?

Pourquoi votre bienveillance ne suffira JAMAIS ?

Aujourd’hui, s’il y a bien un sujet qui met tout le monde d’accord c’est bien la bienveillance. Pas un jour ne passe sans que je ne découvre un article ou un post Linkedin vantant ses mérites. Tout le monde semble aligné: il faut chasser les gens non bienveillants de...

Quel est le meilleur style de management ?

Quel est le meilleur style de management ?

En tant que manager, le style de management que vous utilisez détermine les résultats que vous allez obtenir. Saviez-vous qu'il existe 4 styles de management selon le psychologue Rensis Likert ? Le style de management directif, le style de management persuasif, le...

Pyramide de Maslow : Comment bien motiver ?

Pyramide de Maslow : Comment bien motiver ?

Comment la pyramide de Maslow  peut vous permettre de motiver plus efficacement vos collaborateurs ou vos salariés ? C'est ce que vous allez découvrir dans cet article !   Selon le Larousse, les besoins sont "les chose considérées comme nécessaire à l'existence"....

>
Send this to a friend