Sélectionner une page

Grande démission : Comment éviter que ses collaborateurs désertent en masse ?

A moins que vous ayez passé les derniers mois dans une tranchée Ukrainienne, vous savez que la France traverse actuellement un épisode de « grande démission ».

Ces derniers mois, près de 520 000 personnes ont donné leur démission, dont 470 000 en CDI.

Même si ce taux n’est pas inédit, il est élevé.

Le contexte économique actuel offre des belles opportunités de mieux gagner sa vie, de travailler dans des meilleures conditions (le télétravail offre ce plaisir unique de pouvoir travailler en chaussettes-claquettes-turbulette depuis son salon), ou de se lancer dans un nouveau défi.

Lorsqu’on dirige un service, une division ou une direction, on peut se demander comment éviter que toute son équipe quitte notre navire pour le paquebot d’à côté.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un haut salaire ou des bonnes conditions de travail ne rendent pas celui-ci plus désirable ou motivant.

Ils aident juste à faire passer la pilule lorsque celui-ci est ennuyeux ou douloureux.

Mais il faut un minimum.

Lorsqu’on est payé avec des noix de cajou ou qu’on travaille trop ou dans de mauvaises conditions, on n’hésitera pas à partir à la première bonne occasion.

Cependant un bon salaire ou des bonnes conditions ne suffisent pas.

Qu’est-ce qui donne vraiment envie de rester alors ?

Tout ce qui est lié à l’expérience directe du travail :

  • Le sentiment de grandir, de progresser, d’évoluer
  • La satisfaction d’apprendre
  • Le plaisir lié à ce que l’on fait
  • L’utilité, la fierté et le sens
  • Le sentiment de relever un défi
  • L’impression d’exploiter au maximum ses forces

On oppose souvent manager et leader, à tort.

S’il est vrai que le manager se concentre sur le court terme et l’immédiateté, pour être efficace dans la durée il a besoin de sa capacité de leader.

Par ses mots et ses actions il peut créer un environnement qui rendra l’expérience du travail plus plaisante et éviter de faire fuir ses collaborateurs comme un putois dans un jacuzzi.

Tout le défi est de libérer du temps pour ces tâches importantes mais non urgentes.

On entre alors dans le domaine de la priorisation et du savoir lâcher prise et déléguer.

Mais ça c’est une autre histoire !

 

Vous voulez aller plus loin ?


Alors identifiez votre style de leadership avec ce petit quiz  !

Vous pourriez également apprécier :
OBJECTIFS SMART POUR MANAGER : Définition, exemples, dangers

OBJECTIFS SMART POUR MANAGER : Définition, exemples, dangers

La méthode des objectifs SMART permet de fixer des objectifs efficaces, un enjeu capital pour le. En effet, la viabilité de chaque entreprise ou projet repose sur des objectifs de rentabilité et des objectifs de développement, autour desquels les dirigeants et les...

Les secrets de l’engagement au travail en 2022

Les secrets de l’engagement au travail en 2022

La dernière fois que j’ai allumé ma télé, j’ai dû lutter contre l’intense envie d’enduire mon corps de Nutella et de l’offrir aux fourmis pour m’ôter la vie. Finalement, je me suis dit que les fourmis méritaient mieux que cela. Est-ce moi où la vie paraissait quand...

Pourquoi votre bienveillance ne suffira JAMAIS ?

Pourquoi votre bienveillance ne suffira JAMAIS ?

Aujourd’hui, s’il y a bien un sujet qui met tout le monde d’accord c’est bien la bienveillance. Pas un jour ne passe sans que je ne découvre un article ou un post Linkedin vantant ses mérites. Tout le monde semble aligné: il faut chasser les gens non bienveillants de...

>
Send this to a friend